Biographie

2011

2011-2014

Charles Semser nous quitte en février 2011.

En 2013, la commune de Passy offre une exposition rétrospective de son œuvre à l’occasion du 40eme anniversaire de « Sculptures en Montagne. »

. . . . . . . .

2000

Interview en vidéo de Charles Semser




. . . . . . . .

1981

1981-2011 Les sculptures céramiques

Il commence à créer des sculptures céramiques en 1981. Au début, il n’utilise l’argile que pour faire des maquettes pour ses grandes pièces, mais peu à peu, il entrevoit les possibilités artistiques intrinsèques de ce matériau. Comme pour le ciment, il développe sa propre technique de cuisson et de glaçage, recherchant minutieusement les formules qui donneront les couleurs lumineuses comme le rouge « sang » et le bleu « acier » si caractéristique de son œuvre. De nombreuses expositions personnelles lui sont consacrées entre 1970 et 2004.

. . . . . . . .

1964

1964-1989 Les sculptures monumentales

Dès 1964, il se consacre exclusivement à la sculpture, créant un panorama de personnages de tailles variées pour des expositions en France et en Belgique.
En 1973, pour « Sculptures en Montagnes » dans la Haute-Savoie, il crée sa plus grande œuvre monumentale, La Grande Échelle, 6 m de haut. (Achat d’État.) Des communes autour de Paris et ailleurs en France lui commandent d’autres pièces, un abribus, et des jardins publics. Il commence à incorporer les plantes dans ses œuvres en 1971, après avoir effectué des recherches méticuleuses sur les plantes à poussée lente.

En 1984, le livre « S comme Sculpture : Mythes et Parodies » de l’écrivain Jacques Meuris, est entièrement consacrée à 70 des plus grandes œuvres en ciment de Semser, y compris ses pièces monumentales à Caen, Lyon, Ivry, et Paris et des œuvres appartenant désormais à des collections privées en Europe et aux USA.
Pour le bicentenaire de la Révolution française, la ville de Savigny sélectionne son projet monumental, La Blonde au Bonnet, pour installation permanente en1989.

. . . . . . . .

1949

1949-1963

Pendant quelques temps, il expose ses peintures avec le groupe COBRA à travers l’Europe.
Son art évolue, et il commence à s’intéresser à la sculpture. Le couple achète une vieille maison dans le Vexin, ou Semser entreprend des travaux de ciment pour la restauration et l’aménagement de son atelier. C’est le point de départ pour ses sculptures en ciment. Cherchant à marier ce matériau industriel avec les couleurs vives si importantes pour lui en tant que peintre, il expérimente longuement pour mettre au point sa propre technique de « ciment colorée dans la masse ». Sur une armature métallique, il peut maintenant créer des sculptures figuratives en ciment, richement colorées, satiriques, et parfois monumentales.

. . . . . . . .

page : 1 . 2