1962

Américan Artists’Center

Paris, Boulevard Raspail
Si c’est acquis que rien dans l’Art n’est abstrait, que toute manifestation plastique révèle des aspects de notre réalité humaine, de notre monde concret, psychologique, ou imaginaire, nous pouvons nous débarrasser des « appellations contrôlées ». Figuratif, non-figuratif ; art, anti-art, réalisme, surréalisme ont perdu pour nous leur sens aujourd’hui.

La complicité de notre monde apeuré, avec sa science fantastique et destructive, l’interpénétration des cultures, les inventions créatrices dans les Arts plastiques depuis 1910, et la position de l’artiste contemporain en dehors de la société, ont contribué à créer une nouvelle situation. On trouve ici des artistes qui ont la volonté de s’attaquer à cette situation. A cause d’elle, ces artistes partagent - à mon avis - le même sentiment d’urgence, chacun cherche sa propre vérité. On ne peut plus se cacher derrière une esthétique raisonnable et confortable.

La vision du monde de l’artiste de toutes les époques l’a poussé à s’exprimer autrement que ses prédécesseurs. Comment évaluer les résultats ? L’originalité de la conception, jointe à des moyens persuasifs, puissants, restent pour moi des critères valables devant l’ultime expression-objet de l’artiste. Mais pour s’exprimer dans un objet en dehors de soi-même, il faut transformer la réalité intangible qu’on ressent selon les possibilités de la matière choisie. Cette transformation est la raison d’être de toute recherche personnelle, et cette poursuite d’une solution nouvelle a souvent valu à l’artiste le reproche de vouloir « épater ». Sans doute, il y a toujours eu des chercheurs du scandale, comme il y a toujours eu, à l’autre extrême, les séducteurs, les enjoliveurs. Je crois pourtant que les artistes qui sont groupés ici ont l’intention essentielle de se définir devant cette situation incommode qui est notre monde. Les qualités inattendues ou séduisantes, si elles existent, viennent d’une nécessité intérieure de l’œuvre, ce sont des phénomènes secondaires qui résultent de l’effort souvent déchirant d’être convaincant et de ne pas se trahir.

Dans cette confrontation si délimitée nous pouvons prétendre montrer seulement quelques unes des levures dans la fermentation artistique actuelle. J’ai senti dans ces œuvres une prise de conscience : c’est seulement en renouvelant les modes d’expression que l’état d’esprit de nos jours peut-être défini.

Charles SEMSER
Catalogue de l'exposition Américan Artists’Center, 1962

. . . . . . . .

page : 1 . 2 . 3 . 4 . 5 . 6 . 7 . 8 . 9