Salut Charlie

lecture donnée lors de la cérémonie au Père Lachaise
Du plus ancien que je puisse me souvenir, il me semble avoir toujours connu Charlie et Ethel . Petit, avec mon frère David, on leur faisait des spectacles de danse ou de théâtre à l'occasion
des réveillons. Mais Charlie manifestait aussi sa présence, dans les coups dûrs : il me rendit souvent visite à l'hopital, j'avais alors 14 ans ensuite il m'accueillait à Trumbel pour mes multiples convalescences, et toujours avec une infinie attention, il m'initia à la soudure à l'arc, à l'oxydrique, puis le béton et son armature et il m'expliquait comme il contredisait en chimiste averti avec son béton coloré, les industriels qui refusent toujours de regarder son travail pour ne pas reconnaitre, sous la pression des lobbies chimiques de la peinture, la longévité du pigment mélangé au ciment (88!)
Plus tard, il renversait toutes les bases des principes sur la céramique que j'appris aux Arts Appliqués et m'enseignait comment travailler la terre comme structure ou comme une peau. Tantôt avec de fines baguettes un peu comme la soudure métal. En somme réfléchir armature et (couverture) voile, édifier plutôt que masse à tailler, creuser ou monter (au tour).
Et puis surtout son tour de Maitre sans doute dans l'alchimie de ses oxydes et émaux d'une rare qualifiée. Un véritable tour de force, un mystère chimique de la fusion retrouvé, que même les plus célèbres céramistes chinois et internationaux lui envient.
Toujours dans son extrême générosité, il m'offrait tous ses chassis dont il éventrait ses toiles abstraites ratées prétendait-il et laissait tomber la bouteille de vin millésimée, réputée et tout le trallala... qui se fracassait devant l'ascenseur chez les Jousselins...
Encore un artiste de ma famille, celle d'une culture intime, le clan de ceux qui m'ont toujours soutenu; ainsi que dans mon choix de peindre à mon tour.
Alors il me critiquait avec les remarques les plus justes, celles qui appellent à justification ou bien froissent les timides. Il envoyait des pics uniquement pour que je lui réponde enfin pour défendre mon point de vue et que je prenne pleinement parti. Alors satisfait, il me disait "bravo" et m'encourageait dans mon choix : il avait le sens de la répartie ainsi que de la provocation et ne se contentait jamais de propos gratuits. Sans concession (si les convives parfois partaient , c'est qu'il piquait au vif et surtout il se permettait quelque chose de plutôt rare dans les arts plastiques, à savoir la pratique de l'Humour. Toute sa critique de la société s'en trouve intrinsèquement mêlé : simple, drôle avec de profondes résonances et puis tout son travail avec les plantes garde la poèsie immanente d'une harmonie avec la vie...

ZACK, MARFAING, POUGET et WEISS, JOUSSELIN, CHASSE-POT, SEMSER...

Or feu l'un comme l'autre de ces artistes connurent bien la galère des Galoches qui ne veulent rien savoir? Toujours su difficile d'exposer et pire encore vendre. C'est un peu de ma vie qui perd son sens, j'en ai l'impression de trahir l'héritage culturel de toute cette famille d'artistes dont chaque membre me prit sous son bras, car je m'essouffle face à un tel dédain géneralisé de la critique et du commerce, presque un mépris moraliste. Je finis par me sentir telle une sous-merde, comme quelque chose d'un peu moins bien que chier.!

Bref, Charlie, comme il devient difficile de donner du sens à la vie dans une société où la technocratie redouble d'effort pour vider le vocabulaire lui même, de toute signification !

JOSEPH VARTY ( Jousselin)

. . . . . . . .

abri bus

st Martin d'Heres
mise en place d'une restauration totale de l'abri bus (structure couleurs)
travaux demandés par la Mairie à un spécialiste de la restauration de sculptures
(septembre-octobre 2011)

Charles SEMSER

. . . . . . . .

photo

atelier Paris
photo MICHEL LUNARDELLI droits réservés

. . . . . . . .

photo

photo MICHEL LUNARDELLI droits réservés

. . . . . . . .

photo

Atelier Paris
série de photos réalisées en Mai 2008, à Paris
photo MICHEL LUNARDELLI droits réservés

. . . . . . . .

page : 1 . 2 . 3